Ziad Doueiri

   Ziad Doueiri is Lebanese cinematographer, film director and writer. He is best know for his award winning film West Beirut (1998). He recently completed his movie “The Attack” based on the novel written by Yasmina Khadra. However, some of the scenes have been filmed in Tel Aviv and some of the actors are israelis. Because of that, the film was censured and banned in Lebanon, Doueiri’s home country. 

   This isn’t the first time that artists who collaborated with Israelis or who intend to visit Israel have raised questions and debates. A couple of months ago, rock band Red Hot Chili Peppers came to perform in Beirut. Mashrou’ Leila, a Lebanese band, was invited to play the opening act. At first, they accepted. But when the Lebanese public found out that RHCP had a concert in Israel a week later, they went crazy! Some boycotted the concert all together, while other sent threatening mail to Mashrou’ Leila; eventually, they canceled their opening act and the RHCP went on alone. It’s a shame, this could have opened up so many doors for them.  

   I understand how complex and delicate the Israeli-Palestinian situation, but the world is not black or white, people are not good or bad. It’s not such a simple classification. Moreover, Doueiri was simply trying to follow the book as much as possible. 


   Doueiri posted on his official Facebook page “There have been several other Palestinian films that were filmed in Israel, with Israeli actors and even some Israeli financing, yet, they were allowed to screen in Beirut. Why them and not this film? Are Lebanese supposed to carry the Palestinian flag higher than the Palestinians themselves? And who are they punishing really?”




Article in French
Publié dans L’Orient le Jour, le 4 Mai 2013
Ecrit par Ziyad Makhoul
Intitule “Je veux voir” 


Dix-huitième semaine de 2013. 

   Je verrai The Attack. Le film de Ziad Doueiri. Comme des centaines de milliers de Libanais. Comme, idéalement, des millions de spectateurs.
   Je verrai The Attack parce que le film est basé sur un roman d’une beauté et d’une puissance hallucinées. Et hallucinantes. L’Attentat, de Yasmina Khadra.

   Je verrai The Attack parce que M. Khadra vaut cent et un M. Huntington. Parce qu’il ne lacère pas les univers des uns et des autres à coup de chocs de culture : il les met à nu, les démonte, les remonte ; il essaie d’en comprendre les labyrinthes, comme une montre. Comme un Lego. 

   Je verrai The Attack parce que même si le conflit israélo-palestinien n’en finit plus de lasser la planète en même temps qu’il la saigne, il reste l’épitomé de toutes les injustices, de toutes les incompréhensions, de toutes les identités, de toutes ces métastases qui rongent un peuple. Ou deux. Ou dix.

   Je verrai The Attack parce que Amine et Sihem, c’est chacun d’entre nous, c’est le je(u), c’est l’autre. Parce que l’intégration (de n’importe quel individu dans n’importe quel collectif) a été, est et restera une des mono-obsessions les plus nécessaires et les plus urticantes à la fois. Parce que le besoin tripal, viscéral, de vengeance meurtrière, au nom de ce concept visqueux et endiamanté qu’est la justice, peut venir n’importe quand et de n’importe où se visser sur n’importe quel ADN – et dynamiter alors une (centaine de) vie(s). Parce que l’amour entre deux êtres humains est un gouffre. Un abysse. Une caverne. 
Je verrai The Attack parce que rien n’est aussi troublant qu’un sacerdoce. Qu’un chemin de croix. Qu’une (en)quête. Qu’un entêtement vital. Amine qui court et court et court pour comprendre le geste de Sihem : voilà exactement ce qui aurait fait bander Sisyphe. Et tué Atlas.

   Je verrai The Attack pour être sûr, encore une fois, une dernière fois, que rien ne nourrit les extrémismes, les haines, les rancœurs, les suicides, les kamikazes que l’humiliation. Que les poings serrés, à s’en briser les jointures. Que le viol répété ad vitam d’une dignité. 
Je verrai The Attack parce que tous les Palestiniens ne sont pas des hommes ou des femmes de secondes zones. Tous les Israéliens ne sont pas des monstres. Tous les Palestiniens ne sont pas des terroristes. Tous les Israéliens ne sont pas d’immondes sionistes. 

   Je verrai The Attack parce que Ziad Doueiri a su contenir l’empathie innée qu’il éprouve à l’égard des Palestiniens pour éviter ces marécages stupides de manichéisme et de bons sentiments. Et parce que Ziad Doueiri a donné au cinéma quelques-unes de ses plus belles prises, en filmant avec tout l’amour du monde une Leila Karam bigger than life, mère-maquerelle somptueuse, folle, affolante dans ce délicieux West Beirut qui continuera longtemps de faire oublier le très raté Lila dit ça.

   Je verrai The Attack parce que son sujet, son objet, sa nature et sa culture touchent à l’universel. 

   Je verrai The Attack parce que le bureau de censure de la Sûreté générale libanaise a réussi l’immense gageure de devenir le moins intelligent du monde, toutes catégories confondues – s’il faut attendre 150 ans pour avoir un nouveau Farouk Abillama…
Je verrai The Attack parce que nous sommes en l’an de grâce 2013 et que tel est mon bon plaisir.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s